LE JURY

PIERRE BARBOT

Pierre Barbot, 64 ans, habite Toulouse, est photographe ou plutôt aurait dû être photographe car son altruisme a fait qu’il a préféré très jeune devenir professeur de photographie et participer dès sa création à l’aventure de l’ETPA (École supérieure de photographie et de game design). Des générations d’élèves de son atelier de troisième année se souviennent de son investissement total pour les aider pendant leur scolarité mais aussi plus tard lorsqu’ils doivent affronter le monde pas toujours facile de la photographie. Depuis deux années, Pierre est président de CéTàVOIR, l’association qui porte les actions du festival ImageSingulières et de la Maison de l’Image à Sète.

 


GILLES FAVIER

Né en 1955 à Roanne. En 1981, il rencontre Christian Caujolle qui vient de créer le service photo de Libération. Commence alors une collaboration qui ne s’est jamais interrompue avec le quotidien. Nourri aux images de Diane Arbus, Gilles Favier s’est efforcé depuis ses débuts de porter un regard humaniste sur les marges de la société. En  2002, il commence un important travail documentariste sur les traces de l’ethnologue Pierre Verger. Il a été membre de l’Agence VU’ de 1987 à 2016 et collabore au journal Libération depuis 1982.
Il a quitté Paris et vit désormais dans le sud de la France. Gilles Favier est fondateur et directeur artistique « d’ImageSingulières » festival de photographie documentaire à Sète depuis 2009. Il assure également le commissariat des expositions de la Maison de l’Image Documentaire à Sète depuis 2011.

 


SOPHIE DUFAU

Sophie Dufau a rejoint Médiapart dès décembre 2007. Elle fut l’adjointe du directeur éditorial François Bonnet durant les dix premières années du site, développant notamment la publication des portfolios et la diffusion des documentaires.
Auparavant, elle a passé des années à Libération, trois ans aux Inrockuptibles, et est l'auteure notamment du «Naufrage de la psychiatrie» et de «Nos chères 35 heures» tous deux publiés chez Albin Michel en 2006 et 2008.

 


CORINNE FRANSEN

Corine Fransen a pris la direction de l’ETPA, à Toulouse, en 2009, après quelques années passées à l’ESMA Montpellier, dans l’Education Nationale et au Centre National d’Etudes Spatiales.
Elle continue à œuvrer pour promouvoir le travail des étudiants au sein de festivals, de résidences et d’événements photographiques, et veiller à la cohérence entre l’enseignement dispensé, la pédagogie mise en œuvre et les attentes du milieu professionnel.
Forte de ses 45 ans d’existence, l’ETPA prend soin d’entretenir ses relations avec le vaste réseau d’anciens étudiants, ce qui enrichit les liens et les perspectives de ses étudiants.

 


FABIENNE PAVIA

Fabienne Pavia a été journaliste dans la presse magazine avant de se tourner vers l’édition. En 1999, elle crée Le Bec en l’air, maison d’édition installée à Marseille, spécialisée dans la photographie. Le catalogue, qui compte plus de 180 titres, s’enrichit d’écritures photographiques variées qui trouvent néanmoins une cohérence éditoriale : la photographie comme outil de questionnement du monde. Particularité de la maison : un lien étroit avec la littérature qui dialogue souvent avec la photographie. En 2015, Le Bec en l’air s’est vu décerner le Prix Nadar pour Algérie, clos comme on ferme un livre ? de Bruno Boudjelal. Partenaires de plusieurs festivals (Circulations, ImageSingulières …), la maison d’édition publie chaque année depuis 2013 le livre de la collection « Sète ».
Parallèlement à son activité d’éditrice, Fabienne Pavia codirige le festival littéraire Oh les beaux jours !, à Marseille.